Impossible d'accueillir le Christ ... sans accueillir le plus pauvre

Bonne Nouvelle Quart Monde
Bonne Nouvelle Quart Monde
Bonne Nouvelle Quart Monde
Bonne Nouvelle Quart Monde
Bonne Nouvelle Quart Monde

UN COURANT

Toute l’Eglise doit se laisser traverser dans sa foi et transformer dans sa vie par la présence des plus pauvres dans son sein.

Nous faisons naître un courant qui exprime cette volonté. Ce courant s’appuie sur des personnes engagées de différentes façons et à des degrés divers. Toutes sont animées par la même manière d’être.

Leur rôle est de créer des liens, des "ponts" entre ceux que la société a tendance à oublier et tous les différents niveaux de l’Eglise et de la société.

L’engagement avec les très pauvres peut prendre différentes formes. Toutes se rejoignent dans ce même désir : que le plus pauvre recouvre sa dignité d’homme et d’enfant de Dieu.

  • Les familles du Quart-Monde, elles-mêmes pauvres, se rendent solidaires de leurs frères plus pauvres qu’elles.
  • Des jeunes filles, à travers la vie religieuse, donnent leur vie au Christ et mettent toute leur énergie à rejoindre ces plus pauvres.
  • Des laïcs se mettent en route pour les rejoindre aussi. Ils se donnent le nom de "Compagnons du Quart-Monde". Ils gardent leur vie familiale et professionnelle au coeur du monde.
  • Toutes personnes soutenant la mission par le coeur et la prière ou les dons, en est partie prenante. Ce sont les sympathisants.

Nous voulons avant tout que la dignité du plus pauvre soit respectée. Nous avons besoin d’apprendre les uns des autres. Du partage de vie et de savoir nous pouvons nous enrichir mutuellement. Le plus pauvre trouve le moyen de lutter contre la misère et nous de vivre plus humainement.

Les familles du Quart-Monde ont un très grand désir d’être comme tout le monde et d’avoir leur place dans l’Eglise et la société au même titre que les autres hommes et femmes. Mais il y a entre elles et le reste de la société un réel décalage qui empêche des relations simples d’égal à égal. Une incompréhension et une méconnaissance réciproques s’installent, bloquant tout dialogue vrai. Il est nécessaire que des personnes de milieu plus favorisé fassent le premier pas d’aller au devant des plus pauvres, afin de chercher à les connaître, puis de faire le lien entre eux et leur propre milieu, eux et les différentes institutions, etc...

Les familles du Quart-Monde dans les pays développés sont très dispersées dans différents quartiers d’une même ville. Elles ont peur de se retrouver avec d’autres personnes aussi marquées qu’elles par la misère. Pouvoir les rassembler demande du temps. Elles ont besoin de la solidarité de personnes d’autres milieux pour réussir à vivre ce à quoi elles aspirent : l’amitié, la paix...

Le rassemblement mensuel des familles à Villariès (petite vidéo) est le pivot de notre action.

Comme dans tous les lieux de la société, les plus pauvres ne se sentent pas à l’aise dans nos églises. "On se sent mal jugés, pas à notre place," disent-ils souvent. Ils ne comprennent pas toujours ce qui est dit. Pourtant, ils aspirent à "être comme tout le monde" dans l’Eglise et ses structures. Ils veulent bénéficier de toutes les richesses de l’Eglise et lui apporter aussi leur contribution par leur foi profonde.

Les familles du Quart-Monde ont un très grand désir de rencontrer d'autres Chrétiens. Mais les expériences de vie et les cultures sont tellement différentes que la bonne volonté ne suffit pas. Pour que la rencontre soit profitable aux uns et aux autres certaines conditions sont nécessaires.

Il est important que la société prenne conscience de la présence de famille vivant la grande pauvreté en son sein. Souvent certains milieux l’ignorent.

Visualisez notre mission en France et aux Philippines !